Je ne suis pas très porté sur les festivités de fin d’année. Je pense même avoir perdu depuis longtemps la perception de ce fameux “esprit de Noël”. S’il est synonyme de bonté et de générosité, j’aimerais alors comprendre pourquoi nous devrions nous contenter de ces quelques semaines de fin d’année pour cela. Mais je vais vous épargner mes élucubrations de vieil aigri. Tout comme je ne veux pas gâcher la fête.

Et bien que je les considère simplement comme un passage obligé, ces fêtes de fin d’année méritent un minimum d’intention et d’attention pour ceux qui nous entourent. Autant s’appliquer un peu et remercier les personnes qui vous prêtent assistance lors du difficile exercice des préparatifs et des cadeaux. Alors…

En traineau, Simone !

Au chapitre des cadeaux, cette année, deux gentilles dames assurent le service d’assistance aux mous du bulbe dans mon genre ou autres éternels hésitants qui finiront par être pris au dépourvu les derniers instants venus.

Comme je procède dans l’ordre d’apparition des liens dans ma “timeline” Twitter, l’honneur de l’ouverture revient à Romy et ses Idées cadeaux Noël 2016. Des lectures, de la culture, bref : de la nourriture pour l’esprit, si saine en ces temps de consumérisme échevelé et écervelé.

Dans la même lignée, Anne prend la relève (il y aura peut-être match à ce sujet, puisque Anne avait commencé à lancer le sujet sous forme de tweets). On y trouve de quoi alimenter nos précieux besoins vitaux en découverte, ouverture, protection de notre vie privée et défense de nos droits, un peu beaucoup bousculés ces derniers mois. Nos ours polaires du quotidien occidental, en quelque sorte.

Me retranchant derrière le vieil adage “on n’est jamais mieux servi que par soi-même”, j’ai décidé de me gâter un peu en avance :

  • Je suis désormais titulaire d’un compte chez Wallabag.it. Gros utilisateur de Pocket, je n’avais toujours pas franchi le pas vers l’alternative libre proposée par Nicolas. Toutes les planètes se sont parfaitement alignées la semaine dernière, et j’aurais été stupide et indigne de ne pas : me mettre en conformité avec mes propres valeurs, faire grincher les barbus extrémistes du Libre en remerciant et encourageant Nicolas dans sa démarche.
  • J’ai tenu ma parole donnée dans l’un de mes précédents articles. Outre un don ponctuel, je verserai mensuellement un maigre montant  pour avoir bonne conscience, pour avoir un complément de mémoire, pour préserver un peu d’espoir. J’en ai profité pour retirer ma carte virtuelle auprès de cette précieuse bibliothèque qu’est Internet Archive.
  • Cette année, je n’avais pas trop été à la hauteur vis à vis des gus du garage. J’ai veillé à faire amende honorable et ils devraient avoir de quoi s’offrir quelques pizzas froides à mettre sous le sapin, ce Noël. Encore merci à vous, La Quadrature. Même si je ne suis pas toujours d’accord sur tout, ce que vous faites est devenu essentiel.

Maintenant que nous avons tous du choix pour nos cadeaux, passons au souci suivant : les festivités et le repas. Moments délicats où les sujets les plus variés risquent d’être abordés et (mal)traités. Soit vous êtes vraiment en forme et préparés à affronter un déferlement de grand portnawak dès que ça parlera d’Internet, de politique ou autre, soit vous désamorcez d’emblée les bombes et évitez le champ de mines. Pourquoi pas en éduquant et en militant, comme le propose si justement notre ami David ?

Je ne peux pas finir ce billet un peu fourre-tout sans en profiter pour parler de la belle initiative lancée par Hteumeuleu pour les 24 jours de Web 2016. Ou plutôt pour remplacer les 24 jours de Web. S’il est un peu tôt pour dresser un bilan, j’ai déjà vu passer beaucoup de belles choses marquées de ce hashtag. L’occasion de faire quelques jolies découvertes et d’avoir des échanges sympathiques par billets interposés, tweets ou emails.

Mais, ça, je n’en reparlerai sans doute pas avant d’avoir fini de digérer la bûche…