Suppose you could write in your personal blog and have a summary of your post show up on popular social-media sites like Twitter, LinkedIn, Google+ and Facebook – and then have responses on those sites show up as comments in your blog? You can, and if some talented programmers have their way you’ll soon be able to do so easily. In fact, it’s what I’m doing right now with this post, which is also running at Slate Magazine.

Why would you or I want to do this? Simple: We’re in danger of losing what’s made the Internet the most important medium in history – a decentralized platform where the people at the edges of the networks – that would be you and me – don’t need permission to communicate, create and innovate.

This isn’t a knock on social networks’ legitimacy, or their considerable utility. But when we use centralized services like social media sites, however helpful and convenient they may be, we are handing over ultimate control to third parties that profit from our work, material that exists on their sites only as long as they allow.

Dan Gillmor - “Why the Indie Web movement is so important”

Voici l’article qui résume sans doute le mieux ce qui me motive à repenser ces lieux en y apposant une véritable identité.

J’ai toujours pensé que le Web était né utopique par essence et qu’il devrait le rester. Cet aspect disparait peu à peu, parce que nous n’y prenons pas garde et que notre plus grande paresse, la consommation, reprend le dessus. Cela ne doit pas être une fatalité. Nous aurions tous, pour la grande majorité d’entre nous, trop à perdre.

Moi-même, j’ai passé beaucoup trop de temps à ruminer et à maugréer contre l’indicible dérive du Web ces 10 dernières années. Tout cela alors que je fais partie d’une frange techniquement privilégiée et en mesure d’œuvrer à freiner, voire à inverser, ce mouvement. Je reprends donc le chemin du code et replonge dans les documentations. Tout est techniquement possible. Pour preuve, imaginez les nouveaux usages que pourraient introduire des projets comme IPFS !

Le retour à une véritable décentralisation est encore réalisable, mais plus nous attendrons, plus cela se fera dans l’ombre. Nous ne devons pas non plus perdre de vue qu’il nous faut “outiller” simple et pratique à utiliser. Personne ne devra être oublié sur le bord de la route. Il faudra sensibiliser nos proches, évangéliser et laisser notre “nerdisme“, si peu vendeur, de côté.

Et pendant que j’y suis :

Pas de doute que d’intéressants “papiers” circuleront alors.
C’est tout le mal que je nous souhaite.